Kilim,Karamani, Verné

Le tapis Kilim ou Karamani
Le tapis Kilim pourrait être considéré comme une étape sur le chemin qui a mené à la découverte du tapis noué. Il est exécuté selon une technique qui rappelle la broderie: après avoir tendu sur le métier placé en position verticale les fils qui forment la chaîne, l'ouvrier entoure ceux-ci avec un brin de laine enfilé dans une aiguille; les fils ainsi revêtus servent de trame et forment en même temps le tissu, qui est donc dépourvu de velours. L'enroulement des fils se fait de droite à gauche, en changeant de couleur chaque fois que le dessin l'exige. Lors du changement de couleur, les chaînes ne sont pas reliées, de sorte que l'on peut voir à cet endroit, dans le sens longitudinal de la chaîne, une petite ouverture ayant l'apparence d'une déchirure. Une fois que le tissu est recouvert d'une couleur sur l'endroit, on procède à la même opération sur l'envers. Le travail terminé, le Kilim présente donc deux faces identiques. La perfection du tissage dépend de la finesse des fils de chaîne et de trame.
Il semble que le Kilim soit originaire du Caucase, où il aurait été apporté par des tribus nomades qui s'établirent dans cette région montagneuse à une époque indéterminée. Il est produit aussi dans le sud de l'Anatolie, plus précisément dans la région de Karaman - d'où le nom de Karamani -, en Iran, en URSS, en Chine, en Tunisie, en Yougoslavie, en Egypte, en Roumanie et d'une manière un peu différente, en Inde.
Les dessins, très primitifs, présentent des lignes brisées, disposées en zig-zag dans le sens de la longueur, de façon à former des rectangles et des losanges superposés; les couleurs, bleu clair et foncé, rouge, jaune, blanc, vert, sont assez vives, et le tissu résistant.
Le Kilim peut être formé d'une seule pièce, mesurant jusqu'à 2 m 50 x 3 m 50 environ, ou de deux pièces réunies par une couture: il est très rare dans ce cas que les dessins coïncident parfaitement, car il y a généralement une différence de longueur entre les deux pièces; ce n'est pas un défaut, mais une caractéristique du tapis Kilim, dont la beauté réside justement dans le caractère décoratif de ses dessins. Le Kilim en deux pièces est aussi employé comme rideau, tandis que celui d'une seule pièce sert à recouvrir les meubles et à orner les parois.
Dans la province de Siné, en Perse, sont fabriqués des tapis semblables au Kilim, qui sont baptisés pour cette raison Siné-Kilim. Leur travail très fin, l'élégance géométrique de leurs dessins menus et précis jusque dans les détails, la sobriété de leurs teintes en font des tapis très plaisants; ils sont toujours d'une seule pièce et leur format varie de 1 m 50 x 1 m à 2 m x 1 m 60 environ.

Le tapis Soumak
Le fil de laine du Soumak passe sur quatre chaînes en surface et sur deux au dos. Il diffère du Kilim en ce que, lors d'un changement de couleur, le fil de trame est passé sous la chaîne et coupé sur l'envers à quelques centimètres du tissu: s'il est lisse à l'endroit, le tapis présente à l'envers un emmêlement de fils pendants.
Le Soumak, toujours tissé en laine, est originaire du Caucase, plus précisément de Derbent, sur la mer Caspienne, où la fabrication se poursuit encore aujourd'hui. Les dessins, géométriques, sont très variés, avec des motifs centraux assez grands, en forme de losanges ou d'étoiles, parfois asymétriques, mais toujours d'un goût très sûr. On trouve ça et là de petites fleurs, des figures humaines et animales stylisées d'un bel effet décoratif. Les bordures sont richement décorées, la bande centrale très large reprenant les motifs du champ; celle de l'extérieur et parfois de l'intérieur étant ornées de l'ancien motif des chiens qui courent. Quant aux couleurs, deux tons dominent dans le fond: le bleu et le roux; dans certains exemplaires, les figures sont blanc ivoire.
A cause de sa surface lisse et serrée et de son entretien facile, le Soumak se prête à divers usages: on s'en sert
comme tapis de pied, mais aussi pour recouvrir les divans et les tables, ou pour orner les parois. Ses dimensions vont de 1 m x 1 m 40 jusqu'à 4 m x 5 m et même davantage.

Le tapis Verné
Ce tapis est exécuté selon la même technique que le Kilim, mais il est exécuté plus finement et brodé. Ses dessins en relief sont presque toujours de petites dimensions. Il est produit à Susca et dans le Caucase méridional, en Anatolie et en Iran. A Chiraz et dans le Béloudjistan, il est en partie noué.
Un autre tapis également tissé dans le Caucase méridional, le Silé, appartient à la même famille; il est à vrai dire plus serré et de ce fait plus résistant à l'usage. Il se reconnaît facilement grâce à son dessin qui présente de grands «S» brodés de couleur blanchâtre, disposés sans symétrie sur le fond aux couleurs plutôt sombres. Composé de deux pièces jointes, ses dimensions courantes sont de 2 m x 3 m 50 environ.

 

En arrière

 

 
 
Tapis Emir, 15 rue Notre Dame, Cannes 06400. Tel : 0497066306
Parse Time: 0.332s